Ma 3e semaine d’ouvrage

Général Ajouter un commentaire

Comme vous pouvez le constater, mon site est de retour puisque j’ai finalement internet. Je n’avais pas pu écrire depuis presque un mois, alors j’ai résumé les 3 dernières semaines en 3 histoires datées du 6 décembre (les 2 autres sont plus bas) pour mieux séparer le tout.

J’ai finalement reçu ma première paye… ça fait du bien en maudit, et ça fait surtout changement du chômage!!! On commence à se setter tranquillement pas vite dans notre appartement là, mais ils nous manque encore quelques items pour compléter le tout.

La grand-mère à Arline est la première sur la liste d’attente pour entrer au foyer et elle me vendrait son poêle de 4-5 ans pour 100$… lorsqu’elle aura sa place au foyer, mais personne ne sait quand quelqu’un va décéder pour qu’elle ait une place. C’est laid à dire mais on attend tous que quelqu’un meurt pour avoir le poêle. Heureusement, on a un rond qu’on plug dans le mur, alors on peut quand même faire un minimum de cuisine.

Arline a aussi une laveuse et une sécheuse qui embarassent la cave chez elle, alors ça arrange tout le monde qu’elle me les passe… mais on n’a pas de moyen de transport pour les faire venir à Québec. Ça c’est moins pressé mais j’ai hâte de pouvoir faire mes lavages icitte.

Pis pour finir, je couche sur un matelas gonflable en attendant d’acheter un vrai matelas. Je vais regarder pour ça cette semaine, parce qu’il ne reste plus vraiment de « courrayage » à faire pour l’appartement. Je vais surveiller les gros spéciaux pour un matelas 60″ et dans quelques payes, j’irai me chercher un set de lit. Ça va faire une coche dans le portefeuille, mais je vais acheter un set qui va me toffer un moyen boute, et non pas payer 300$ pour quelque chose que je vais changer dans quelques années. Quand mon lit sera setté, j’irai me trouver un vrai meuble d’ordinateur et je vais regarder pour les tables à dîner pour voir si ça fit dans mon budget… et ça sera pas mal tout pour mes « grosses » dépenses et je pourrai commencer à penser à un char.

À la job, j’ai catché que je suis le seul programmeur qui n’est pas un ingénieur. Même le grand patron est ingénieur informatique. Je savais qu’ils avaient tous été à l’Université ensemble, mais je ne savais pas qu’ils étaient tous officiellement des ingénieurs. Pour cette raison, je trouve qu’il n’y a pas vraiment de relation boss-employé, parce qu’en réalité c’est toute des vieux chums de l’Université qui se sont ouvert une compagnie. Le boss en réalité c’est le gars avec qui ils viraient des brosse 10 ans passées. Je pense que je vais bien m’adonner là parce que ça jase de char pas mal à tous les jours, haha! Il y en a même un qui fait du rallye automobile, qui a ses licences de rallye et toute la patente!

En fin de semaine, Arline est montée à Québec. J’étais pas mal content, ça soulage un peu de ne pas avoir à faire Québec-Cabano. Le vendredi soir on s’est simplement loué un DVD et on s’est couchés quand Mathieu et Lise sont revenus du party de Noël de Mathieu. Le lendemain j’ai pogné le rhuuube et on a été au Gallerie de la Capitale. La tête me virait et j’avais pas d’énergie, alors on est pas restés trop longtemps. On a été acheter des billets pour la partie de hockey du Radio-X de Québec, puis on est venus prendre un somme en fin d’après-midi. Quand on s’est levés, on voulait aller manger dans un Harvey’s et on a roulé comme 45 min avant de pouvoir trouver le maudit restaurant parce que le chemin qu’il fallait prendre était bloqué (un détour). On est arrivés 15 minutes en retard à la partie, mais on a juste manqué 5 minutes de jeu. Samuel Paquet jouait mais il n’a pas fait de points, je trouvais qu’ils ne le faisaient pas jouer très très souvent. Il jouait robuste mais c’est plus Donald Brashear qui était le monstre sur la glace… tabarnouche c’était un géant qui jouait avec des nains. J’te dis que tu voyais que ce gars là arrivait de la LNH.

J’ai aussi fait brailler (de rire) Arline. J’ai chanté le petit boute du refrain de la chanson « Collé-Collé » de la Compagnie Créole. Moi dans ma tête les paroles c’était « on va dans la galance, collé-collé » mais quand elle s’est mise à rire et a brailler, j’ai bien compris que j’avais dit quelque chose de pas correct. Je ne m’étais jamais demandé c’était quoi les paroles, le genre de chose que tu ne t’es jamais posé la question. En fait c’était plutôt « en suivant la cadence, collé-collé ». C’était bien drôle, hehe!

Laisser un commentaire

WP Theme & Icons by N.Design Studio
Entries RSS Comments RSS Connexion